Dératisation Désinsectisation Désinfection Lutte contre les chenilles Lutte contre les pigeons Lutte contre les acariens
 
  Accueil » Catalogue » Interventions » Boutique en ligne » Désinsectisation » Identifiez les insectes » Puces Mon compte  |  Voir panier  |  Commander  |  Qui sommes nous   

Votre panier est vide


Contact

  06 74 16 56 42

Interventions
Boutique en ligne

Paiement

Puces

Source : Wikipédia

Les puces

L'ordre des siphonaptères (Siphonaptera, du latin sipho « tube ») anciennement dénommés aphaniptères (Aphaniptera) sont des insectes ptérygotes holométabole, caractérisés entre autres par leurs pièces buccales conformées en un appareil piqueur-suceur. Les puces sont des petits insectes ectoparasites. Elles infectent les mammifères (dont l'Homme) et quelques oiseaux, et vivent du sang de leurs porteurs.
Près de 2 500 espèces sont décrites à ce jour, réparties en 239 genres et 15 à 16 familles selon les auteurs, et 5 super familles.

En Europe, les animaux domestiques et de compagnie (chiens, chats et plus rarement rat, souris blanche, furet, nouveaux animaux de compagnie, etc..) peuvent être porteurs de plusieurs espèces de puces : Ctenocephalides felis, Ctenocephalides canis, Pulex irritans, Archeopsylla erinace, etc.. La plupart du temps, sur les carnivores domestiques, c’est de la « puce du chat » (Ctenocephalides felis, et en France la sous-espèce Ctenocephalides felis felis) qu'il s'agit (plus de 90 % des cas). Cette espèce vulgairement appelée « puce du chat » est en réalité très ubiquiste et peut se nourrir sur le chat où elle a d'abord été trouvée, comme sur tous les mammifères européens (carnivores, lapin, lièvre, ruminants ou humains). On peut aussi trouver dans les logements et lieux publics des puces de rongeurs, de petits carnivores ou insectivores sauvages, ou d’oiseaux.

Description

Les Siphonaptères sont les puces, ptérygotes très particuliers dont les affinités avec les autres groupes sont indistinctes. Ils sont aptères, sauteurs, piqueurs et vivent en contact étroit avec leur hôte : ils sont parasites externes de nombreux vertébrés, se nourrissant de leur sang (homme, oiseaux et mammifères). Les maxilles sont fortes et vulnérantes avec le labre; les palpes maxillaires sont longs, les mandibules inexistantes.

Leur identification se base sur le stade adulte. L'adulte mesure de 2 à 6 mm de long (et peut même aller jusqu'à 8 mm), c'est un insecte sans ailes ni queue.

Cycle biologique

Il est particulièrement rapide : dès environ 48 heures après leur 1er repas de sang, généralement entamé dans les 30 minutes suivant l’accostage d'un chat ou chien, une femelle peut pondre jusqu’à 50 oeufs par jour pendant 50 à 100 jours, avec une moyenne de 20 à 30 oeufs par jour sur une période de 2 mois. Les puces passent par quatre stades de développement: œuf, larve, nymphe, et adulte. La durée du cycle biologique dépend de l'espèce en cause, de la température, de l'humidité et de l'accès à la nourriture. Selon les conditions, une puce devient adulte en deux à plusieurs mois.

La puce adulte du chat n'est pas un parasite transitoire (du chat, du chien ou d'autres mammifères), qui ne grimperait sur l'animal qu'au moment des repas sanguins. Elle cherche au contraire à y passer sa vie car une fois tombée au sol, elle meurt rapidement (en 1 à 4 jours, selon l'humidité) mais peu de puces présentes sur un carnivore peuvent changer d’hôte, lors de contacts entre deux animaux par exemple, ou dans un lieu clos (cage, élevage, chenil) où il y a promiscuité d'animaux. Néanmoins, le risque de contamination directe entre carnivores est considéré comme faible.

Développement

Après chaque repas sanguin, les puces femelles pondent de quatre à huit œufs ronds ou ovales (0,5 mm de long), à coque lisse, de couleur blanchâtre. Leur texture est collante, mais ils tombent facilement de la peau ou fourrure de l'animal hôte. Si les conditions thermohygrométriques lui sont favorables, l'œuf éclot après quelques jours et il en sort une larve en forme de ver qui, chez les espèces d'hôtes habituels, mesurent au moins 1,5 mm de long. La larve n'est pas parasite, elle passe par 3 stades durant lesquels elle se nourrit de débris organiques, de dépouilles larvaires et du sang séché se trouvant dans les excrétions des puces adultes. Au repos elle se fixe solidement aux poils ou sur des fibres à sa disposition en évitant la lumière (elle est lucifuge) et en recherchant une certaine humidité. Elle se recouvre ensuite de poussières, de fibres, de grains de sable, et de débris organiques et, sous ce revêtement elle se tisse un cocon avec la soie fournie par ses glandes labiales. Dans cet abri, la larve blanche brunit de plus en plus et se métamorphose en adulte en une dizaine de jours. Mais l'adulte peut rester enfermée pendant plusieurs mois dans son cocon. Sa durée moyenne de survie dans le cocon est de 150 jours, où il semble par ailleurs relativement protégé contre les insecticides, jusqu'à ce que des conditions propices, comme une augmentation de la température et des concentrations en dioxyde de carbone, favorisent son émergence. La larve est sensible aux vibrations. L’émergence des adultes est alors immédiate et le cycle peut se poursuivre.

Pouvoir pathogène des puces

La puce est l’ectoparasite infestant le plus fréquemment les carnivores, dans tous les milieux (forêt, rural, urbain).
Dans le milieu naturel et en zone chaude, on en observe toute l'année. En zone tempérée et froide, ses infestations sont plus importantes du printemps à l’automne. En-dessous de 0°c, la plupart des puces et larves meurent, mais les oiseaux migrateurs en rapportent du sud, et un certain nombre survivent dans les terriers, près des hibernants notamment, ou dans les maisons.

Les puces sont souvent bien tolérées par exemple par le chat ou le rat, bien que des pulicoses allergiques puissent apparaître avec un prurit important, dégénérant éventuellement en dermite allergique avec lésions cutanées importantes. Les puces transmettent de nombreuses maladies vectorielles dont des zoonoses (notamment la peste).

Chez l'homme, les piqûres causent très souvent des prurits désagréables, qu'il faut traiter pour éviter des infections. Les puces peuvent transmettre à l'homme des virus qui vont causer des fièvres et une anémie. Le traitement se résume à du repos, et à une alimentation équilibrée (apport de vitamines nécessaire, eau en abondance). Les antibiotiques sont inutiles.

Les Tungidae (Pulicoidea) ou « puces chiques » sont des parasites permanents à l’état adulte : les femelles s’enfoncent dans la peau, généralement des pieds, se gorgent de sang, développent une volumineuse ponte qui se répand à la mort de la femelle.

Les puces transmettent la peste d’un rongeur à l’autre (cycle sauvage) et le bacille pesteux (Yersinia pestis) passe accidentellement à l’homme, provoquant - avant l'utilisation des antibiotiques - des épidémies catastrophiques. Les principales espèces impliquées dans la transmission de la peste sont : Xenopsylla cheopis, Xenopsylla brasiliensis, Nosopsyllus faciatus et en Asie Xenopsylla astia ; le rôle de Pulex irritans restant controversé.

La puce du lapin (Spillopsyllus cuniculi) véhicule et transmet occasionnellement Francisella tularensis (agent de la tularémie) mais aussi le virus responsable de la myxomatose.

Les puces de carnivores véhiculent et peuvent transmettre des filaires sous-cutanées ou péritonéales (ex : Dipetalonema reconditum) et surtout la bactérie Bartonella henselae qui cause la « maladie des griffes du chat ».

La puce du chat (la plus fréquente en France)

La puce du chat (Ctenocephalides felis) est une puce qui est connue comme l'ectoparasite le plus fréquent du chat et du chien en zone tempérée. On peut aussi la rencontrer sur au moins 50 espèces de mammifères à travers le monde. Elle peut parfois pulluler sur des animaux de fermes (veaux par exemple).

Une autre puce, Ctenocephalides canis (Curtis) semble spécifique du chien mais elle est peu fréquente en France.

Effets des puces sur leur hôte

  • Spoliation : Lorsque l’infestation est massive, la quantité de sang prélevée par les parasites (72 puces femelles prélèveraient environ 1 ml de sang par jour) peut provoquer une anémie de l’hôte, particulièrement chez les jeunes.
  • Irritation : les piqûres et surtout la salive injectée par les puces à cette occasion irritent la victime et provoquent des démangeaisons. La salive des puces est par ailleurs allergisante, elle est à l’origine de prurit et de dermatites parfois très sévères.
  • Transmission de parasites : la puce transmet au chien et au chat un petit ténia (Dipylidium caninum).

Moyen mécaniques de lutte : À titre préventif il est souhaitable d’interdire aux chats et chiens l’accès de lieux où les puces sont difficiles à éliminer (lit, divans, pièces équipées de moquette etc.).
Garnir leur couchage d’un tissu à maille fine, lavé deux fois par semaine, ce qui permet d’éliminer un grand nombre d’œufs, de larves et de crottes de puces, leur nourriture.
Nettoyer régulièrement le sol sur les trajets empruntés par l’animal, chien ou chat. L’aspirateur permet d’éliminer 90 % des œufs, mais seulement 15 à 27 % des larves sur les moquettes. Détruire les cocons par brossage (les rechercher le long des plinthes et des obstacles divers). Attention, les cocons âgés risquent de libérer des adultes.
Toiletter les animaux, au peigne fin ou à la brosse. Les baigner.
 

Moyens chimiques de lutte : Insecticides et perturbateurs du développement. Plusieurs formules disponibles en pharmacie vétérinaire. Les traitements chimiques, si efficaces qu’ils soient, ne le sont jamais à 100 % sur toutes les étapes du développement des puces (œufs, larves, nymphes ou adultes). Ils doivent donc être répétés pour éviter une recontamination par les puces issues des formes survivantes.

Tous les tarifs sont indiqués Toutes Taxes Comprises (T.T.C.)

Utiliser les biocides avec précautions | Avant toute utilisation,  lire l'étiquette et les informations concernant le produit | Photos non contractuelles

 Mon compte - Voir panier - Expédition & retours - Remarque sur la confidentialité - CGV - Contactez-nous - Site Référencé par - Plan du site

RCS Lyon: 482 759 115 00025

Dératisation  Désinsectisation Désinfection Matériel de pulvérisation Traitement anti-acariens Entretien de canalisations Lignes de vie  Produits raticides Pulvérisateurs  Virucides Entretien d'espaces verts Dératisation Loire  Fosses septiques  Garde-corps Dératisation Rhône  Punaises de lit Bactéricides  Matériel phytosanitaire  Traitement des odeurs Produits antiparasitaires Sécurité collective Fongicides Désinsectisation  Rhône-Alpes  Matériel de protection Désourisation  Hygiène des sanitaires Lutte contre les nuisibles Pièges à rongeurs  Dépigeonnage Nid de guêpes  Masques de protection  Produits contre les acariens Désinfection publique Points d'ancrage Moustiques Canons à mousse  Pulvérisateurs BIRCHMEIER Pics à pigeons  Produits antinuisibles   Sécurité individuelle  Désinsectisation Loire  Combinaisons de protection   Dératisation Rhône-Alpes   Désinsectisation Rhône 



Commerce sur Internet par ITIS Commerce V2.i0054